L'égalité des droits pour les personnes LGBTIQ, un combat permanent


Publié le 17 mai 2021
 

Palais d’Egmont à Bruxelles aux couleurs du drapeau arc-en-ciel
Le Palais d’Egmont à Bruxelles a été illuminé aux couleurs
du drapeau arc-en-ciel, du dimanche 16 mai au mardi 18 mai 2021.
© FOD BZ/SPF AE

 

La lutte contre toutes les formes de discrimination, en ce compris la discrimination anti-LGBTIQ, constitue une priorité absolue pour la Belgique.

Dans de nombreuses régions du monde, les personnes LGBTIQ (lesbiennes, gays, bi-, trans- et intersexuelles, queer) sont encore confrontées à de graves formes de discrimination, de harcèlement et de violence. Les relations entre personnes de même sexe restent considérées comme une infraction pénale dans 67 États membres des Nations Unies. Dans 42 d’entre eux, il existe des restrictions à la liberté d'expression concernant la diversité sexuelle et de genre. Seuls 63 pays offrent une forme de protection contre la discrimination.

L'égalité des droits pour les personnes LGBTIQ est donc loin d’être garantie. Dans certains pays, ces droits sont même restreints. La Belgique juge cette situation inacceptable. La lutte contre toutes les formes de discrimination, y compris la discrimination envers les LGBTIQ et le racisme, constitue une priorité absolue pour notre pays.

 

Chef de file

En ce qui concerne les droits des LGBTIQ, la Belgique est indéniablement en tête du peloton. En témoigne le score excellent que notre pays a obtenu chaque année dans le Rainbow Europe Index d'ILGA-Europe, l'organisation européenne qui chapeaute les organisations de défense des intérêts des personnes LGBTIQ. En Europe, grâce à un indice de 74% en 2021, la Belgique n’est devancée que par Malte (94%). L'indice se base sur des dizaines de critères, dont la non-discrimination, la famille, les crimes et discours de haine, la reconnaissance légale et l'asile.

En outre, la Belgique met constamment à jour ses politiques et sa législation. Un nouveau plan d'action LGBTIQ est en cours d'élaboration. Il se concentre notamment sur la prévention des discours haineux au travail, à l'école et dans les médias. Des sanctions plus sévères pour les crimes haineux sont également prévues. La loi sur le genre de 2018 se fonde sur le respect et l'autodétermination des personnes transgenres. Une initiative législative doit également voir le jour afin de permettre aux personnes qui ne s'identifient ni au sexe féminin ni au sexe masculin de s'enregistrer sous un troisième genre.

 

Forums internationaux

La Belgique promeut aussi activement sa vision au sein de divers forums internationaux. Notre pays soutient les initiatives du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies concernant les droits des LGBTIQ, comme la création du mandat d'expert indépendant sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre (Sexual Orientation & Gender Identity-SOGI). Au sein de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), la Belgique a œuvré en faveur d'une enquête approfondie sur les discriminations inquiétantes et les violences meurtrières à l’encontre des personnes LGBTIQ en Tchétchénie.

En 2016, notre pays a été l'un des membres fondateurs de la Coalition pour l'égalité des droits, une coalition de plus de 40 pays unissant leurs forces au niveau international pour le respect des droits humains des personnes LGBTIQ. Au sein de l'Union européenne, notre pays a participé activement à l'élaboration de lignes directrices visant à garantir le respect des droits des LGBTIQ. En 2018, la Belgique a accueilli le congrès d'ILGA Europe.

En Afrique, la Coopération belge au Développement soutient un projet mené par Çavaria, l'association coupole flamande des organisations LGBTIQ. Çavaria travaille en collaboration avec 18 associations LGBTIQ locales et leur coalition dans la région des Grands Lacs. Le projet se concentre, entre autres, sur la durabilité financière et le développement organisationnel. Des échanges sur la diversité sexuelle et de genre, les droits de l'homme et la création de coalitions font également partie du projet.
 

Varsovie avec des doigts en forme de cœur
À l'initiative de l'ambassade de Belgique à Varsovie, le Palais de la
culture et des sciences a été illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel en 2020.
Cela a été fait en consultation avec la ville de Varsovie (propriétaire du palais) et avec
le cofinancement des collègues norvégiens et néerlandais.
© Ambassade Warschau 

 

IDAHOT

Nos postes diplomatiques encouragent également la tolérance envers les personnes LGBTIQ. Chaque année, le 17 mai – la Journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie (International Day Against Homophobia, Transphobia and Biphobia, IDAHOT) - est l'occasion idéale de mettre ce message sous les projecteurs. En Pologne, par exemple, 50 ambassades de plusieurs pays partageant la même vision, y compris la Belgique, envoient chaque année une lettre commune pour témoigner leur soutien à la communauté LGBTIQ locale. En 2020, notre ambassade à Varsovie a coordonné cette initiative. Cette année, nos postes de Dublin (Irlande) et de Bucarest (Roumanie) ont organisé une initiative similaire.

Nos postes sont également très actifs sur les réseaux sociaux. Cette année, notre ambassade à Dublin a publié une vidéo commune à tous les pays partageant les mêmes idées. Nos ambassades ont également pu apposer des affiches proclamant que le bâtiment est une zone de sécurité pour les LGBTIQ. Au siège, à Bruxelles, le Palais d'Egmont s'est illuminé aux couleurs de l'arc-en-ciel (photo ci-dessus).

La Belgique continuera quoi qu’il en soit à œuvrer activement en faveur des droits des LGBTIQ. Moins pour imposer une norme européenne occidentale que pour transmettre un message positif sur une société accueillante et inclusive où chaque être humain jouit de droits égaux.
 

zone de sécurité LGBTIQ poste Nur-Sultan
Notre poste à Nur-Sultan (Kazakhstan) a déclaré le bâtiment
zone de sécurité LGBTIQ (17 mai 2021).

 

Drapeau arc-en-ciel  poste à Abidjan
Notre poste à Abidjan a hissé le drapeau arc-en-ciel le 17 mai 2021.