Un engagement fort en faveur de l'utilisation pacifique du savoir-faire nucléaire


Publié le 22 juilliet 2021
 

président Werner Bauwens
Le président Werner Bauwens s'adressant à la plénière du NSG,
en arrière-plan le ministre Wilmès.
© Thomas Daems

 

Avec une séance plénière au Palais d'Egmont (Bruxelles) en juin 2021, la Belgique a conclu avec succès sa présidence du Nuclear Suppliers Group. Parce que, même en ces temps difficiles de coronavirus, la non-prolifération des armes nucléaires mérite une attention sans faille.

Le Nuclear Suppliers Group (NSG) est un groupe de 48 pays possédant un savoir-faire nucléaire. Ces pays disposent de directives visant à empêcher que ce savoir-faire ne soit utilisé pour la fabrication d'armes nucléaires. Les matériaux, équipements et technologies ne peuvent être exportés qu'à des fins pacifiques. Les directives du NSG soutiennent les différents traités internationaux contraignants sur la « non-prolifération nucléaire ».

Le NSG a vu le jour en 1975. Ce par suite d'une explosion nucléaire que l'Inde avait réalisée avec des produits nucléaires importés du Canada et des États-Unis. La Belgique est devenue membre en 1978. En 2020-2021, notre pays l'a présidé pour la première fois, d'emblée en période difficile de coronavirus.

Néanmoins, nous pouvons être satisfaits de cette présidence. L'objectif principal a en tous les cas été atteint : assurer la continuité et la vitalité du NSG. Notre pays a également réussi à organiser une réunion plénière de clôture (24-25 juin) avec la représentation physique de 40 pays. Les pays qui n'ont pas pu assister à l'événement en raison de restrictions liées au coronavirus ont tout de même été impliqués via les sessions en ligne. La réunion a été présidée par l'Envoyé spécial Werner Bauwens, en présence de la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès.
 

salle de réunion du Palais d'Egmont
Vue de la salle de réunion du Palais d'Egmont,
alors que le ministre Wilmès s'adresse à l'auditoire.
© Thomas Daems

 

Corée du Nord et Iran

Dans le texte final, les gouvernements participants ont approuvé la mise en œuvre intégrale et inconditionnelle des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies exhortant la Corée du Nord à mettre fin à son programme d'armement nucléaire. Un pays membre du NSG ne peut pas fournir de matériel nucléaire à la Corée du Nord.

Les pays du NSG ont également soutenu les efforts diplomatiques en cours pour s'assurer que les États-Unis et l'Iran respectent à nouveau leurs obligations telles que définies dans l'accord nucléaire, conformément à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Par exemple, l'Agence internationale de l'énergie atomique devrait retrouver l'accès au programme nucléaire iranien.

Le succès de la réunion plénière peut être considéré comme une contribution inspirante et concrète à la conférence de révision du « Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires », qui aura lieu en 2022.

En tout état de cause, la Belgique reste fortement attachée aux objectifs du NSG. Un tel forum renforce la conviction de notre pays que la coopération internationale et une approche multilatérale offrent la meilleure réponse aux défis mondiaux.

La Belgique a une fois de plus démontré le pouvoir de notre diplomatie en tant que bâtisseur de consensus. L'année prochaine, la Pologne assumera la présidence du NSG.

 

Lisez la déclaration finale.