Gestion des produits chimiques

 

Les substances chimiques peuvent constituer une menace pour la nature et l'être humain. Ces produits peuvent, entre autres, provoquer des cancers, dérégler le système hormonal ou affecter le système nerveux. L'emploi et l'élimination graduelle des substances chimiques tels que les polluants organiques persistants (POP), qui constituent un risque pour la santé et sont difficilement dégradables, ou des substances chimiques qui appauvrissent la couche d'ozone, font l’objet de divers traités à l’échelle internationale.

Plusieurs conventions multilatérales réglementent l'utilisation des produits chimiques, telles que la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, la Convention de Rotterdam sur les informations préalables à fournir lors des transferts de certaines substances chimiques et la Convention de Bâle sur les transferts de déchets. Ces dernières années, la coopération dans le cadre de ces conventions a été renforcée et des efforts sont faits pour mettre en place davantage de synergies. Le Protocole de Montréal vise à limiter l'utilisation des substances appauvrissant la couche d'ozone. La Convention de Minamata vise à réduire au minimum l'utilisation du mercure et à éliminer les stocks de mercure existants de manière responsable.

D’autres substances suscitent aussi une attention particulière, à savoir le plomb et le cadmium, l'amiante et les nanomatériaux. Dans le cadre de la problématique des déchets, un accent spécifique est mis sur les déchets électroniques et la problématique des navires en fin de vie. Ces dernières années, les plastiques ont occupé une place importante dans les discussions, notamment en ce qui concerne leur impact sur les écosystèmes tels que les océans.

Pour de plus amples informations :