Fonds vert pour le climat

 

Le Fonds vert pour le climat (FVC) a été créé dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur le climat (CNUCC) en 2010 lors de la COP16 à Cancun. En sus du Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et de ses fonds, il fait partie du mécanisme financier de la Convention sur le climat. Dans le cadre de celle-ci, les pays développés se sont en effet engagés à venir en aide aux pays en développement en vue de leur permettre de respecter leurs engagements au titre de la convention.

Alors que le FEM finance exclusivement l'atténuation du changement climatique et que le Fonds pour les pays les moins avancés (FPMA) et le Fonds spécial pour le changement climatique (FSCC), tous deux gérés par le FEM, financent l'adaptation au changement climatique et le transfert de technologies, le FVC finance les activités liées tant à l'adaptation qu’à l'atténuation.

Le secrétariat du FVC est basé à Songdo, en Corée du Sud.

Le Fonds vert pour le climat vise à apporter une contribution significative et ambitieuse à la lutte contre le changement climatique. Il entend favoriser un changement de paradigme en faveur d'un développement à faible intensité de carbone et résilient au changement climatique en aidant les pays en développement à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à s'adapter aux conséquences potentielles du changement climatique. Une attention particulière est accordée aux pays en développement vulnérables, tels que les pays les moins avancés (PMA), les petits États insulaires en développement (PEID) et les pays africains.

L’approche retenue privilégie la recherche d’un équilibre entre les investissements réalisés en matière d'atténuation et d'adaptation (50 % pour chacun des volets). Au moins la moitié du financement des mesures d'adaptation doit aller aux pays les plus vulnérables (PMA, PEID et pays africains).

Une première phase de collecte de fonds (2014-2019) a permis de lever 10 milliards de dollars. Pour la période 2020-2023, les donateurs se sont engagés à fournir 10 milliards de dollars supplémentaires.

Pendant la phase initiale, la Coopération belge au développement a contribué au FVC à hauteur de 50 millions d'euros. Pour la période de la première reconstitution (2020-2023), la Belgique s'est engagée à doubler sa contribution pour la porter à 100 millions d'euros. Une première tranche de 20 millions d'euros a déjà été versée à la fin 2019.

Pour de plus amples informations : www.greenclimate.fund

Logo + directives pour l'utilisation:

Logo Green Climate Fund