Gestion de l'économie internationale

 

  • Leur ouverture au commerce et aux flux internationaux de capitaux rend les économies mutuellement dépendantes. Les efforts internationaux en vue de gérer l’économie Internationale sont antérieurs à la crise de 2008 et à la crise du COVID-19 qui, par l’effet de la mondialisation, ont affecté et affectent l’ensemble des pays. Ces efforts d’intégration économique s’intensifient toutefois sous la pression de la crise.
     
  • Le Fonds Monétaire International et le Groupe de la Banque Mondiale, les Banques Multilatérales (régionales) de Développement, l’Organisation Mondiale du Commerce, la Banque des Règlements Internationaux, l’Organisation de la Coopération et du Développement Economique, le Conseil de Stabilité Financière sont les institutions spécialisées les plus directement concernées par les efforts de gestion de l’économie internationale. Ces institutions agissent dans les limites de leurs compétences respectives, selon les procédures de décisions qui leur sont propres.
     
  • L’indispensable consensus entre Etats sur le rôle de ces différentes institutions est souvent préparé ailleurs, dans la société civile ou dans d’autres organisations internationales (Organisation des Nations Unies) ou régionales. Les représentants d’Etats se réunissent aussi régulièrement dans des cadres officiels ad-hoc, afin de se concerter sur des questions économiques et financières d’importance internationale, les “G”: G7, G8, pour les pays avancés, G24 pour les pays émergents et en voie de développements, enfin le G20 comprenant jusqu’à 22 pays avancés, émergents ou en voie de développement.
     
  • Les sommets du G20, qui se sont tenus entre 2008 et 2011 ont voulu identifier et prendre les mesures aptes à prévenir une répétition de la crise financière de 2008, notamment par une règlementation financière et une supervision plus adéquates des opérateurs; pour les pays qui en ont les moyens, mener des politiques de relance; assurer un soutien financier aux pays qui en ont besoin et maintenir l’aide aux pays en voie de développement. Sans surprise, le prochain sommet du G20, prévu à Ryiad en novembre 2020, se penchera sur les mesures à prendre pour relancer l’économie mondiale après la crise du COVID-19 mais diverses réunions préparatoires ont déjà cerné des nécessités impérieuses comme le soutien à une croissance verte et à la relance du commerce international, ainsi que l’importance de maintenir la coopération internationale notamment avec l’Afrique.  
     


Institutions économiques et financières