Matières premières

 

Le marché des produits de base agricoles a souvent été caractérisé par des fluctuations importantes des prix. Comme de nombreux pays en développement sont fort dépendants des matières premières pour leurs revenus provenant des exportations, ces variations de prix ont régulièrement eu des effets négatifs sur leur développement. La production de produits de base et semi-finis détermine directement le revenu et les conditions de vie de millions de personnes, qui ne sont pour leur part absolument pas en mesure d'exercer une influence déterminante à ce niveau.

Dans les années 1970, une série d'accords créant des organisations internationales de produits ont été conclus dans le cadre de la Conférence sur le Commerce et le Développement (CNUCED), avec pour objectif de stabiliser les prix grâce à des mécanismes de quotas à l'exportation et de stocks régulateurs. Le fonctionnement de ces mécanismes ayant été controversé, ces derniers ont été peu à peu abandonnés.

Les accords et les organisations existent cependant toujours, mais celles-ci se sont progressivement transformées en fora réunissant les pays producteurs et consommateurs en vue d'y échanger des informations concernant le marché mondial des produits et se concerter sur différents thèmes spécifiques.

Les organisations internationales sur les produits de base (OIP) sont les suivantes:

  • Organisation internationale du Café (ICO), Londres
  • Organisation internationale du Cacao (ICCO), Londres
  • Organisation internationale des Bois tropicaux (ITTO), Yokohama (Japon)
  • Organisation internationale des Céréales (IGC), Londres
  • Organisation internationale du Sucre (ISO), Londres
  • Organisation internationale de la Vigne et du Vin (OIV), Paris
  • Groupe international d'étude sur le Caoutchouc (IRSG), Singapour
  • Groupe international d'étude sur le Jute, Dacca (Bangladesh)
  • Conseil international de l'Huile d'olive (COI ), Madrid
  • Conseil international consultatif sur le Coton (ICAC), Washington
  • Groupe international d'étude sur le Cuivre (ICSG), Lisbonne
  • Groupe international d'étude sur le Plomb et le Zinc (ILZSG), Lisbonne
  • Groupe international sur le Nickel (INSG), Lisbonne
  • Réseau international sur le bambou et le rotin (INBAR), Pékin

La Belgique est membre de ces organisations, directement ou par l'intermédiaire de l'Union européenne (groupe des produits de base - PROBA), à l'exception du Groupe sur le Nickel et de l'INBAR. La Belgique n’est par contre plus membre de l’ICAC (coton) depuis le 1° juillet 2015 mais l’adhésion de l’UE à cette organisation est en cours de discussion.

Enfin, il convient de citer le Fonds Commun pour les Produits de base (CFC), créé dans le cadre des Nations-Unies (CNUCED), qui est une institution financière intergouvernementale. L'organisation, qui compte 106 pays membres (dont la Belgique), est chargée de financer des projets dans le secteur des matières premières, projets qui auront été préparés dans les organisations de produits de base.

Ces derniers temps, on a également pu constater que la Belgique, qui a toujours adhéré au principe de durabilité, fait preuve d'un intérêt croissant pour une plus grande transparence dans le secteur des matières premières, notamment via un système de traçabilité et la mise en place d'une bonne gestion dans les industries minière (initiative EITI et Principes de Diligence raisonnable de l’OCDE), principalement en Afrique centrale. Cette amélioration de la gestion et de la transparence et la lutte contre l'exploitation illégale sont en effet étroitement liées à la prévention des conflits.