Côte d'Ivoire

Carte Côte D'Ivoire

Dernière mise à jour

En dépit d’une amélioration de la situation du fait des nombreuses mesures de sécurité prises par les autorités, la menace terroriste reste présente vu les évolutions dans le Sahel.

Une vigilance accrue est recommandée et les déplacements vers les zones frontalières avec le Mali et le Burkina Faso ainsi qu’au Parc national de la Comoé, la ville de Bouna et ses alentours sont déconseillés.

Les règles habituelles de bon sens (éviter les attroupements, les manifestations et les déplacements de nuit, etc.) restent en vigueur.

Il est conseillé de faire preuve de vigilance lors des déplacements en Côte d’Ivoire et de toujours se tenir informé via les médias locaux.

Afin de nous permettre d’optimiser notre assistance consulaire, nous vous invitons à signaler votre voyage et votre itinéraire sur notre site dédié: https://travellersonline.diplomatie.be(link is external).

 
Travellers Online

 

Description

Algemene veiligheid

Actualité

La menace terroriste à l’égard de cibles fréquentées par les occidentaux reste latente. Une vigilance accrue est recommandée et il faut éviter les lieux non-sécurisés à forte concentration de personnes à Abidjan et dans le reste du pays.

Considérant l'évolution de la situation en matière de sécurité dans les deux pays, les déplacements vers la zone frontalière avec le Burkina Faso et le Mali sont déconseillés. Pour les mêmes raisons, le Parc National de la Comoé et la ville de Bouna ainsi que les alentours doivent être évités.

Sécurité générale

Ces dernières années, la situation sécuritaire s’est sensiblement améliorée sur tout le territoire et notamment dans la capitale économique, Abidjan.  Toutefois, des milliers d’armes illégales circulent encore dans le pays et facilitent la criminalité. Dans la région de Bouaké, au nord et à l'ouest, le phénomène des « coupeurs de route » (embuscades pour dépouiller les voyageurs) perdure.

Il convient de bien se renseigner avant de se déplacer dans ces régions.

La zone frontalière avec le Liberia est à éviter en raison des attaques armées qui s’y produisent occasionnellement.

Dans tout le pays mais en particulier à Abidjan, il est recommandé d’éviter les lieux non-sécurisés à forte concentration de personnes.

L'ambassade recommande aux ressortissants belges - y compris aux personnes qui sont seulement de passage en Côte d'Ivoire - de s'inscrire sur le site https://travellersonline.diplomatie.be(link is external)(link is external). Pour nos ressortissants qui prévoient un déplacement en dehors d’Abidjan, l’Ambassade recommande de faire connaître auprès des services de l'ambassade à leur arrivée en envoyant un courriel à abidjan@diplobel.fed.be(link sends e-mail), en précisant leurs coordonnées locales et le détail de l'itinéraire prévu.

Criminalité

Par rapport à d’autres grandes villes de la région, la criminalité à Abidjan est relativement limitée. Cependant des vols, cambriolages et braquages parfois avec violence, sont recensés, y compris dans les quartiers résidentiels des expatriés.


Le banditisme armé demeure un problème. Des « coupeurs de route » sévissent sur certaines routes à l’intérieur du pays, surtout dans le nord (axe Bouaké-Korhogo), à l'ouest ainsi que dans les environs de Bouaké et de Bouaflé. Il est conseillé de rester sur les axes principaux, de rouler en convoi d'au moins deux voitures et de ne pas voyager de nuit.

En ville également, la criminalité existe, en particulier dans les quartiers populaires d’Abidjan.

Quelques recommandations d’usage :

  • à la tombée de la nuit, éviter tout déplacement en dehors des centres urbains;
  • en voiture, circuler avec les portières verrouillées, même lors d’un court trajet ;
  • éviter de porter des bijoux et de transporter des sommes d'argent importantes;
  • veiller à une sécurisation adéquate de son logement;
  • se prémunir contre le vol des documents d'identité et de voyage en gardant les originaux en lieu sûr et en n'emportant dans ses déplacements que des photocopies ;
  • rester vigilant face aux escroqueries en tous genres ;
  • garder toujours avec soi, et de manière discrète, un téléphone portable ;
  • garder sur soi les numéros d’appel des forces de l’ordre (100 :Centre d’appel - Ministère de l’Intérieur ; 145 : Gendarmerie ; 111 ou 170 : Police).