Kenya

Carte Kenya

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

Consultez également la page d'accueil de ce site web pour un aperçu des codes couleurs. 

Les déplacements non-essentiels en dehors de l'Union européenne, du Royaume-Uni, de la Suisse, du Liechtenstein, de l'Islande et de la Norvège restent interdits jusqu’à nouvel ordre conformément à l'article 18, §1 de l'Arrêté ministériel du 30 juin 2020. Toute personne de retour d’un voyage dans une de ces zones doit se mettre en quarantaine en Belgique et se soumettre à un test. Plus d'informations sur www.info-coronavirus.be.

A partir du 1er août 2020, TOUS les voyageurs revenant en Belgique sont tenus de remplir le « Passenger Locator Form ». De plus amples informations peuvent être consultées sur www.info-coronavirus.be.

Les voyageurs doivent être conscients du fait que de nouvelles flambées de Covid à l'étranger peuvent fortement affecter leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou si les frontières sont fermées.

Si vous vous trouvez actuellement ou si vous effectuez un voyage essentiel dans une zone à laquelle l’Arrêté ministériel ci-dessus s'applique, il est recommandé de lire les conseils ci-dessous concernant l'ensemble des questions de sécurité dans cette zone.

 

Les voyages non-essentiels vers le Kenya sont interdits jusqu'à nouvel ordre

INFO INAMI : le test Covid est obligatoire avant le départ. Plus d'informations ci-dessous.

 

Le Kenya a rouvert son espace aérien le 1er août. Les voyageurs qui souhaitent se rendre au Kenya depuis la Belgique doivent présenter un test COVID-19 négatif de moins de 96 heures et seront alors exemptés de quarantaine s’ils ne présentent pas de symptômes à l’arrivée ou pendant le vol. Avant leur arrivée, les passagers doivent remplir un formulaire qui permettra de les contacter si un cas positif devait être détecté à l’arrivée (https://ears.health.go.ke/airline_registration/).

Les voyageurs arrivant ou quittant le Kenya par voie aérienne seront autorisés à circuler pendant le couvre-feu sur présentation de leur titre de voyage. Ces mesures sont réévaluées régulièrement par les autorités kényanes en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

Les autorités kenyanes ont mis en place une série de mesures pour lutter contre la propagation du COVID-19. Ainsi, un couvre-feu nocturne (entre 21h00 et 04h00) est imposé sur l’ensemble du territoire, le port du masque en public est obligatoire et les réunions sont interdites.

Les entrées et sorties de la zone métropolitaine de Nairobi, de Mombasa et de Mandera sont à nouveau permises depuis le 7 juillet. Les vols intérieurs ont repris le 15 juillet.

Les compatriotes qui sont au Kenya sont invités à suivre de très près les instructions des autorités locales et à respecter les règles d'hygiène et autres précautions.

 

Afin de mieux organiser l'assistance consulaire, nous vous conseillons d'enregistrer votre voyage via www.travellersonline.diplomatie.be

Si vous vous rendez dans une région où les voyages sont déconseillés, vous êtes priés d’également en informer l’Ambassade de Belgique à Nairobi par e-mail via nairobi@diplobel.fed.be

 
Travellers Online

 

Description

Algemene veiligheid

Situation générale

Des tensions ethniques et la sécheresse cyclique donnent régulièrement lieu à des conflits locaux et à de la violence. C’est le cas dans la région de Laikipia, où les affrontements armés ne sont pas exclus, mais aussi dans la partie nord de Samburu, à Moyale et ses environs (Marsabit), à Mandera, Wajir, Lamu et le delta de la rivière Tana (Tana River), dans les régions de l'ouest du pays, près de la frontière nord avec l'Éthiopie et à la frontière orientale avec la Somalie. Il est toujours conseillé de s’informer à l’avance de la situation sécuritaire sur place.

Des actes de banditisme violents ont été rapportés à plusieurs endroits, y compris à Nairobi et dans la région de Mombasa. En cas d'un attentat ou d'un cambriolage armé, il est conseillé de ne pas résister aux agresseurs.

 
Risque terroriste

Plusieurs attentats terroristes ont eu lieu sur le territoire kenyan et le risque d'attaques, pouvant cibler des intérêts occidentaux, reste élevé. Il est conseillé aux Belges voyageant ou résidant au Kenya de faire montre d'une vigilance accrue, en particulier dans les grandes villes comme Nairobi et Mombasa, dans les endroits touristiques et sur la côte.

Dans les villes et les villages sur le long de la frontière somalienne, comme Mandera et Garissa  les attaques (terroristes) sont fréquentes, et le risque terroriste y est très élevé. Cette région est d’ailleurs le théâtre d’une recrudescence d’attaques attribuées à Al-Shabaab depuis quelque temps.

Suite à l’attaque du complexe d’affaire 14 Riverside Drive à Nairobi, le 15 janvier dernier, les forces de sécurité kényanes ont renforcé les contrôles de sécurité, notamment routiers. Compte tenu de la multiplication des contrôles d’identité et des véhicules, il est important de veiller à se déplacer avec ses papiers d’identité sur soi et à avoir son véhicule en règle. Il est également conseillé de suivre les instructions des autorités locales chargées de la sécurité et de suivre l'actualité avant et pendant le séjour

 

Situation par région

Nairobi

Voyager dans les grandes villes touristiques (Nairobi et Mombasa) est possible, mais il convient d’être vigilant dans les endroits très fréquentés, comme les bars dans les quartiers populaires, les stations de bus, les centres commerciaux, les lieux de loisirs, et les évènements sportifs. Il est conseillé d’éviter les manifestations.

Les déplacements vers et dans les environs des bidonvilles de Kibera, Mathare, Huruma, Kariobangi, Kawangware et le quartier somalien d’Eastleigh sont formellement déconseillés. Uhuru Park et City Park sont à éviter la nuit. Si vous vous rendez dans ces endroits, faites-vous accompagner par un guide local.

L’usage des transports publics (matatus) est déconseillé.

Centre du Kenya

En 2017, les incursions d’éleveurs dans les fermes et les réserves privées du comté de Laikipia et des comtés avoisinants se sont multipliées et ont parfois provoqué de violents affrontements ainsi que des dégâts matériels. Il est recommandé de se renseigner sur la situation locale avant de se rendre sur place et d’être toujours accompagné d’un guide.

Les environs de Mombasa (côte méridionale et lieux touristiques y compris)

Tout comme à Nairobi, le taux de criminalité à Mombasa est élevé. Tout déplacement individuel dans les quartiers populaires et dans le centre historique de Mombasa est déconseillé. Il est vivement recommandé aux voyageurs de ne pas quitter les parcours touristiques, de rester prudents lorsqu’ils quittent leur hôtel (surtout après la tombée de la nuit) et de ne pas utiliser les transports en commun (matatus).

Le taux de criminalité est également élevé à bord et à proximité du traversier Likoni (qui relie Mombasa et les stations balnéaires du Sud). Tenant compte de leur mauvais état, le transfert par ferry n'est pas recommandé. Il est conseillé aux voyageurs qui se rendent vers la côte sud d’opter, si possible, pour un vol vers l’aéroport local d’Ukunda (Diani, comté de Kwale).

Le Consul honoraire à Mombasa peut être joint au numéro suivant : +254 (0) 736 394 298. Il peut également être contacté via cette adresse e-mail : consulbel@mombasa.be

Région côtière au nord de Mombasa (Kilifi, Tana River et Lamu Counties)

Il est déconseillé de se rendre au nord de Malindi, au nord de Tana river et sur la partie continentale du comté de Lamu, étant donné la proximité avec la Somalie (notamment en raison des opérations militaires conduites par l’armée et la police kényanes pour empêcher les infiltrations en provenance de Somalie). Des enlèvements d’occidentaux ont eu lieu dans le passé, dans les environs directs de l’île de Lamu (2011).

Le 5 janvier 2020, trois Américains ont été tués au cours d’une attaque du groupe terroriste Al-Shabaab contre une base militaire américano-kenyane à Lamu. Vu le manque de clarté concernant la situation de sécurité sur place, il est actuellement déconseillé de se rendre dans le comté de Lamu, et ce y compris sur l’archipel de Lamu (îles de Lamu, Manda et Pate).

Ouest du pays

Des affrontements entre différents groupes ethniques, sur fond de sécheresse et de compétition pour l’accès à l’eau et aux pâturages et/ou l’accès à la terre, et des actes de banditisme peuvent survenir, notamment dans les comtés de Baringo, West Pokot, Turkana et dans la région de Mount Elgon (près de la frontière avec l’Ouganda). Il est fortement recommandé de se tenir informé de la situation avant tout déplacement dans la région et de s’y rendre accompagné d’un guide expérimenté.

Le nord et l’est du pays

Tous les voyages à moins de 60 km de la frontière somalienne sont fortement déconseillés, y compris vers les comtés de Wajir, de Mandera et de Garissa, notamment en raison du risque d’enlèvement. Le 22 novembre 2014, 28 passagers ont été tués lors d’une attaque contre un bus à Mandera. En avril 2015, un attentat ayant coûté la vie à 148 personnes a été commis au sein de l’université de Garissa.

Lors de déplacements vers les comtés de Turkana, d'Isiolo et de Marsabit (la ville frontalière Moyale inclus), il est fortement conseillé de vérifier les conditions routières avant le départ et d'effectuer les déplacements par le biais d’agences de voyage reconnues. En cas d’entrée au Kenya par la route via Moyale, il est fortement conseillé de rester sur la route A2 et de ne pas s’arrêter avant la ville de Marsabit.

Les régions frontalières du Soudan et de l’Éthiopie sont déconseillées. Elles sont périodiquement soumises aux raids de bandes armées et ne possèdent pas d’infrastructures destinées à l’accueil de voyageurs.

Certaines zones situées au nord de l’axe Kitale-Samburu-Garissa, dans le nord du Kenya, sont jugées dangereuses. Cette région est marquée par des tensions intercommunautaires et par de l’insécurité récurrente (notamment d’origine criminelle), et la menace terroriste y est constante. Il est déconseillé de s’y rendre, sauf raison impérative et sous réserve d’être accompagné d’une escorte policière. Il est possible d’accéder aux réserves nationales de Shaba, Buffalo Springs et Samburu.

Franchir la frontière kenyane à un poste frontière non surveillé est déconseillé. Il faut vous assurer que votre visa d’entrée au Kenya soit estampillé. S’il n’y a pas d’officier des services d’immigration au poste frontière en question, il vous faut alors vous rendre à un autre poste qui lui est surveillé. Entrer au Kenya sans que votre visa ait été estampillé au préalable peut causer des problèmes.    


Criminalité

Le taux de criminalité est élevé dans les grandes villes. Les attaques à main armée (vols et car-jackings) et les vols à la tire sont fréquents, principalement à Nairobi, Mombasa, Kisumu et le long de la côte (Kwale, Kilifi, Mtwapa et Changamwe).

Il convient d’adopter les mesures de précaution suivantes :

  • toujours rester vigilant et toujours fermer son véhicule ;
  • ne pas porter sur soi des bijoux et d’autres objets de valeur de manière ostentatoire ;
  • ne pas emporter de grosses sommes d'argent ou des cartes de crédit si ce n’est pas absolument indispensable ;
  • se méfier des escrocs qui, pour un motif ou un autre, sollicitent l'assistance des voyageurs ;
  • se méfier de certaines personnes qui se présentent comme étant des policiers. Demander leur identification. Si les voyageurs ont l’impression que le comportement de l’officier est non conforme à la loi, ils peuvent toujours préciser que l’Ambassade en sera informée. Les voyageurs ne sont en aucun cas obligés de laisser entrer un policier dans leur véhicule pour le transporter, que ce soit vers un commissariat de police ou ailleurs;
  • ne jamais accepter de la nourriture et/ou des boissons proposées par des inconnus ;
  • ne pas opposer de résistance en cas d'agression ;
  • ne pas se déplacer seul la nuit à pied, que ce soit en ville ou en province, et particulièrement sur les plages, dans les parcs publics et dans les quartiers peu fréquentés.

Les réserves naturelles et parcs nationaux sont en principe sûrs. Il est cependant conseillé de réserver tout voyage par le biais d’une agence de voyage expérimentée et d'essayer de rejoindre le camp avant la tombée de la nuit. Il est impératif de se plier aux règlements des parcs nationaux et de suivre les instructions des gardiens du parc.

En cas de location d’une maison de vacances sur la côte, il est conseillé de prêter attention au système de sécurité du logement.

Il est déconseillé de voyager de nuit dans les villes et dans les provinces. Si un voyage doit être effectué le soir ou de nuit, il est préférable de le faire en convoi de plusieurs véhicules. Evitez, en tant que touriste, de prendre le volant et choisissez un chauffeur que vous connaissez, ou qui vous a été recommandé par une société ou un hôtel.

Il est conseillé de fermer les fenêtres des véhicules et de verrouiller les portières surtout si l’on est bloqué dans le trafic. Les voleurs à la tire sont particulièrement intéressés par les téléphones portables, montres, colliers et sacs à main des passagers. La prudence s'impose sur les routes. Un peu partout dans le pays mais particulièrement à Nairobi, Mombasa ainsi que sur la route Nairobi-Mombasa, il arrive que des accidents routiers soient provoqués intentionnellement afin de dévaliser les passagers.

Il est conseillé aux voyageurs impliqués dans un incident de sécurité de rapporter cet incident à l’Ambassade de Belgique.

 

Wij werken momenteel aan de vernieuwing van onze website. Om een beter idee te krijgen van wie onze website raadpleegt en naar welke informatie hij of zij op zoek is, willen wij u vragen deze korte vragenlijst in te vullen. Dit zal maar enkele minuten van uw tijd vragen. Alvast bedankt voor uw medewerking.

 

De vragenlijst vindt u hier: https://qlite.az1.qualtrics.com/jfe/form/SV_4VdkGChG6BNcVXD

Indien nodig kunt u rechtsboven de taal van de vragenlijst aanpassen.