La Belgique très préoccupée par la violence au Nord-Kivu en République démocratique du Congo

La Belgique est très préoccupée par la nouvelle recrudescence de violence au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). Cette violence s’ajoute à une situation déjà très difficile pour les populations civiles dans l’Est du pays, en raison des exactions des nombreux groupes armés. « Il faut que cette violence cesse » a déclaré la Ministre des Affaires étrangères. La Belgique condamne également toute attaque contre la MONUSCO.

  1. Dernière mise à jour le

La Belgique est très préoccupée par la nouvelle recrudescence de violence au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC). Cette violence s’ajoute à une situation déjà très difficile pour les populations civiles dans l’Est du pays, en raison des exactions des nombreux groupes armés. « Il faut que cette violence cesse » a déclaré la Ministre des Affaires étrangères. La Belgique condamne également toute attaque contre la MONUSCO.

Cette violence est une cause d’énormes souffrances pour la population. L’Est de la RDC compte plus de 5,5 millions de personnes déplacées dont 2,5 millions pour le seul Nord-Kivu. De nombreuses violations des droits humains sont également commises. La Belgique reste un partenaire engagé pour l’assistance humanitaire à la population congolaise.

Il faut que les groupes armés mettent un terme à ces violences. Le Rwanda doit cesser tout soutien au M23. Les autorités congolaises ont fait des annonces importantes concernant la collaboration des forces armées congolaises avec le groupe armé FDLR. Il est essentiel que la collaboration avec les groupes armés cesse sur le terrain et que les messages de haine et les appels à la violence prennent fin. Mais c’est aussi à travers la réforme du secteur de sécurité que la solution doit être trouvée. Nous continuerons à accompagner la RDC dans ce travail.

« La solution à tout conflit, quel qu’il soit, n’est jamais militaire », a rappelé la Ministre. Il faut que les efforts diplomatiques, dans le cadre des processus régionaux, soient relancés, et que les acteurs s’inscrivent d’une façon constructive dans les efforts des Etats-Unis. « Enfin, il faut s’attaquer aux causes profondes du conflit. C’est comme ça que la population pourra s’épanouir et prospérer ».

La Belgique continuera à œuvrer en ce sens, pendant sa Présidence européenne et après, pour que les populations de l’Est de la RDC et de la Région des Grands Lacs, puissent vivre en paix et en sécurité.

Nos porte-paroles

  1. Type d'actualité
  1. Sujets