Voyager en Israël : Conseils aux voyageurs

En voyage en Israël ? Découvrez nos conseils de voyage pour cette destination. Les conseils aux voyageurs ont valeur d’avis et ne sont pas contraignants.

Sécurité générale en Israël

Informations sur la sécurité générale en Israël.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

Depuis le 7 octobre 2023, des tirs massifs de roquettes et des infiltrations de commandos armés venant de Gaza ont fait de très nombreuses victimes, générant une situation sécuritaire grave et instable.

C’est pourquoi tous les voyages non essentiels dans la région (Israël, Jérusalem, Territoire palestinien) sont vivement déconseillés. Tous les voyages à Gaza restent formellement déconseillés

Il est vivement recommandé de suivre l’actualité, de faire preuve de vigilance et de respecter les consignes de sécurité et les instructions données par les autorités locales. Il est également conseillé d’avoir sur soi les numéros d’urgence (police : 100, ambulance : 101, pompiers : 102).

Il est demandé à toutes les personnes se trouvant en Israël, à Jérusalem et en Territoire palestinien de :

  • Respecter les recommandations des autorités locales (police, armée, etc.) transmises directement ou via hôtels, agences de voyage, contacts locaux, télévision, radio ;
  • Suivre l’évolution de la situation dans les médias ;
  • Contacter directement les compagnies aériennes / agences de voyage en cas d’annulation de vols, sans perdre de vue qu’il faudra être patient ;
  • Faire preuve de patience et de prudence.

Vous êtes actuellement de passage et non résident en Israël, à Jérusalem ou dans le Territoire palestinien? Nous vous invitons, si ce n'est déjà fait, à vous inscrire sur Travellers Online. En cas d'urgence, vous pouvez également contacter l'ambassade de Belgique à Tel Aviv au numéro +972 544 679 536 ou le consulat général de Belgique à Jérusalem au +972 53 429 86 03.

 

Israël

Suite à la dégradation de la sécurité, il est recommandé aux Belges présents en Israël  :

  • d’éviter toutes les zones évacuées par l’armée (qui longent la frontière avec Gaza et le Liban) et de faire preuve d’une vigilance accrue dans les régions frontalières (de Gaza, de l’Egypte, du Liban et à proximité de la ligne de démarcation avec la Syrie).
    • Pour rappel tous les points de passage à la frontière libanaise sont fermés. Il en est de même pour la ligne de démarcation avec la Syrie. 
    • Par ailleurs, il est rappelé qu’au sud, la route 10 longeant la frontière égyptienne (entre le désert du Néguev et le Sinaï) est fermée à la circulation de nuit et reste à éviter, en raison notamment des activités de contrebande entre le Sinaï et Israël.
       
  • d’éviter de se rendre dans les zones où la crise se concentre et de suivre les instructions données par les autorités israéliennes en matière de sécurité, notamment sur le site du Home Front Command israélien, autorité israélienne en charge de la défense civile (choisissez l’option «other languages» - le site n’est accessible que en Israël). Votre hôtel et/ou votre tour-opérateur peuvent également vous être utiles.
     
  • de faire preuve d’une  vigilance accrue dans les lieux publics.
     
  • d’éviter d’emprunter les transports en commun si vous êtes un voyageur connaissant mal la région.
     
  • de télécharger ce mémento pratique, qui reprend les mesures essentielles de sécurité en cas de crise.


Accès au territoire israélien

Les voyages non-essentiels en Israël sont vivement déconseillés. L’ambassade de Belgiquen’intervient pas auprès des autorités israéliennes pour faciliter l’accès au territoire.

Pour les voyageurs dont le voyage est essentiel, il est conseillé de consulter le site de l'IAA (Israel Airport Authority) qui fournit des informations sur les aéroports du pays mais donne également les horaires d’ouverture des frontières terrestres.

Les voyageurs doivent être conscients du fait que, à l'arrivée à l'aéroport Ben Gourion ou aux frontières terrestres, les autorités israéliennes sont susceptibles de refuser l'accès au territoire aux personnes qu'elles soupçonnent de vouloir se rendre en Cisjordanie ou à Gaza - même en tant que coopérants - ou qu'elles considèrent comme des activistes ou sympathisants de la cause palestinienne. Les personnes d'origine arabe ou portant un nom à consonance arabe peuvent aussi se voir refuser l’accès au territoire israélien si les autorités israéliennes ont des doutes sur le but de leur voyage et le profil des voyageursEn cas de refus d’entrer en Israël, vous pouvez informer l’ambassade de Belgique à Tel Aviv par téléphone (+962 54 467 95 36). Veuillez noter toutefois que l’Ambassade de Belgique à Tel Aviv n’est pas compétente pour faire entrer les Belges en Israël s’ils ont des problèmes au moment de passer la frontière. Par contre, l’Ambassade de Belgique veillera à essayer d’obtenir des informations précises sur les raisons du refus. Ces informations ne sont jamais obtenues immédiatement et prennent plusieurs jours à être communiquées.

La trace de séjours antérieurs dans des pays n’ayant pas de relations diplomatiques avec Israël (visas ou tampons dans les passeports) ne pose en général pas de problème pour entrer en Israël. Toutefois, les visiteurs peuvent être interrogés sur la nature de ces séjours. Par contre, les voyageurs doivent avoir conscience qu’une preuve de voyage en Israël peut être  une raison pour les pays qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël de leur refuser l’entrée sur leur territoire. Pour cette raison, les autorités israéliennes apposent un tampon d’entrée en Israël sur une feuille volante plutôt que dans le passeport.

Voyageurs ayant un lien avec le Territoire palestinien

Ce qui suit concerne tous les voyageurs, y compris les voyageurs ayant un lien avec le Territoire palestinien.

Pour rappel, les voyageurs disposant d’un passeport palestinien et les voyageurs d’origine palestinienne ou ayant de la famille en Territoire palestinien, sans disposer eux-mêmes d’un passeport palestinien, sont soumis à d’importantes restrictions de déplacement par les autorités israéliennes. L'accès au territoire via l'aéroport Ben Gourion, à Tel Aviv, leur est refusé. Ces voyageurs doivent organiser leur voyage aller et retour via Amman et le Pont Allenby. Ils doivent vérifier les conditions d’entrée avec l’ambassade d’Israël avant leur voyage.

Que la compagnie aérienne leur vende un billet d’avion et leur permette de prendre un vol vers Tel Aviv ne constitue pas une garantie qu’ils seront autorisés à entrer dans le pays via l’aéroport Ben Gourion, à Tel Aviv. Ni l’ambassade de Belgique à Tel Aviv, ni le SPF Affaires étrangères à Bruxelles ne sont en mesure d’intervenir pour les aider à passer par l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv (ou via le Pont Allenby).

 

Jérusalem

Tous les voyages non-essentiels à Jérusalem sont vivement déconseillés. Tension et violences sont susceptibles de surgir à tout moment: agressions à l’arme blanche, manifestations agressives, échauffourées entre jeunes et forces de l’ordre locales, attaques, etc. Il convient donc de faire preuve d'une extrême vigilance, en particulier à Jérusalem Est et dans la vieille ville et d’éviter absolument les rassemblements et manifestations. Les forces de sécurité renforcent souvent leur présence dans toute la ville.

En raison des tensions actuelles à Jérusalem, il est certainement déconseillé de se rendre dans les quartiers de Silwan (au sud de la vieille ville), et Issawiya, où tensions et incidents sont récurrents. Une grande vigilance est de mise dans la vieille ville, en particulier les vendredis (prière du vendredi) et pendant les fêtes juives et musulmanes. Cela concerne en particulier l'Esplanade des Mosquées (Mont du Temple/Haram al Sharif), et les quartiers de Shuafat, Beit Hanina, Jabal al-Mukabbir, Ras-al-Amud, Sur Baher, Abu Tor, Atur, Sheik Jarrah, Wadi Al Joz, Mea Sharim et French Hill. En raison des tensions actuelles, les forces de sécurité ont  augmenté leur présence et les accès à la vieille ville peuvent être fermés. Durant le shabbat (du coucher du soleil le vendredi au coucher du soleil le samedi), les véhicules ne peuvent pas circuler dans les quartiers ultra-orthodoxes juifs (comme celui de Mea Sharim). On rapporte également des réactions violentes vis-à-vis de visiteurs qui, d’après la population locale, étaient habillés de manière « inappropriée ».

 
 

Territoire palestinien

La situation en Territoire palestinien est actuellement très tendue. Tous les voyages non-essentiels en Territoire palestinien sont vivement déconseillés. Il est recommandé aux visiteurs présents de s’enregistrer dans Travellers Online si ce n’est déjà fait et de se signaler auprès du consulat général de Belgique à Jérusalem (jerusalem@diplobel.fed.be) et de se renseigner sur les conditions de sécurité locales :

  • à travers les médias, comme par exemple : Maannews, Haaretz, Jpost.
  • auprès d’agences de voyage, de guides ou de partenaires locaux.
  • dans les Conseils aux voyageurs pour le Territoire palestinien.

 

Cisjordanie
 

Sécurité

Tous les voyages non-essentiels en Cisjordanie sont vivement déconseillés. Il est recommandé aux visiteurs présents de s’enregistrer dans Travellers online si ce n’est déjà fait et de se signaler auprès du consulat général à Jérusalem (jerusalem@diplobel.fed.be).

La situation s'est détériorée en Cisjordanie au cours des derniers mois. Plusieurs incidents violents ont eu lieu et des opérations spéciales de sécurité se poursuivent. Les contrôles sont renforcés sur les grands axes, à proximité des grandes villes palestiniennes et dans celles-ci. Beaucoup de localités en zone A (où l’Autorité palestinienne jouit de autonomie) sont fermées par des « checkpoints » de l’armée israélienne. Nous recommandons de faire preuve d’une très grande prudence dans toute la Cisjordanie et de limiter les déplacements, en particulier dans les régions de Hébron, Naplouse, Tulkarem et Jénine ainsi qu’aux abords des colonies juives, des “checkpoints” (en particulier Qalandia) et des camps de réfugiés. Les déplacements après le coucher du soleil sont déconseillés. Il convient de suivre de près l’actualité et l’évolution de la situation.

Le contexte politique reste fragile ; des tensions et des incidents se produisent, ainsi que des manifestations parfois violentes. Il est donc recommandé de suivre l’actualité avec une attention particulière avant et durant le voyage, et de se renseigner auprès d’agences de voyage, guides ou partenaires locaux.

Il convient d’éviter les rassemblements et manifestations, de même que les colonies juives, les abords des camps de réfugiés et les "checkpoints" autour des grandes villes palestiniennes.

La Cisjordanie est régulièrement le théâtre d’incidents entre Palestiniens et colons juifs, particulièrement dans les environs de Naplouse et de Hébron.  Des manifestations peuvent dégénérer en incidents violents entre Palestiniens, armée israélienne et colons.

Accès au territoire

L’accès est contrôlé par des « checkpoints » de l’armée israélienne (IDF). La vigilance est de mise à ces « checkpoints »et à proximité. Les règles sont strictes et il peut y avoir des files d’attente (les délais sont variables). Il est nécessaire d’avoir toujours son passeport sur soi.
 
 

Bande de Gaza

Tous les voyages à Gaza sont formellement déconseillés.

Sécurité

Une guerre fait actuellement rage dans la bande de Gaza entre Israël et l’organisation terroriste Hamas. La situation y est très dangereuse et inquiétante du point de vue humanitaire. Il est vivement conseillé aux Belges qui s’y trouvent de s’enregistrer dans Travellers Online si ce n’est déjà fait, de signaler leur présence auprès du consulat général de Belgique à Jérusalem (jerusalem@diplobel.fed.be) et, dès que c’est possible, de quitter le territoire via le point de passage vers l’Egypte à Rafah (se renseigner auprès du Consulat général pour savoir s’il est ouvert et selon quelles conditions le passage est possible). Des roquettes sont lancées depuis la bande de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes sont menées sur la bande de Gaza. L’armée israélienne a appelé tout le monde dans la bande Gaza à quitter le nord et à se rendre vers le sud de Wadi Gaza.

A l’intérieur de Gaza, les étrangers peuvent être la cible de menaces, d’attentats et d’enlèvements.

Accès au territoire

Normalement, il faut introduire une demande d’autorisation auprès des autorités israéliennes pour se rendre dans la bande de Gaza via le point de passage de Erez, mais ce n’est pas possible actuellement en raison de la guerre en cours.

Le point de passage   de Rafah est uniquement ouvert pour l’évacuation de personnes lorsque les autorités égyptiennes et israéliennes donnent leur autorisation.. La situation autour de ce poste frontière est chaotique et précaire.

Il est impossible aux ambassades et consulats belges de la région d’offrir de l’assistance dans la bande de Gaza.

Un blocus maritime de la bande de Gaza a été imposé par Israël. La marine israélienne empêche tout navire de se rendre dans les eaux territoriales de Gaza.

 

Criminalité

Risque ordinaire de petite criminalité dans les lieux touristiques. Il convient de prendre les précautions habituelles.