75 ans de relations diplomatiques avec l’Inde sous le signe de relations économiques fructueuses

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le
Image
Homme au travail

Une usine de lampes LED à Gurugram, en Inde. © Shutterstock

La Belgique a entamé des relations diplomatiques avec l’Inde dès 1947, au lendemain de l’indépendance de cet immense pays de l’Asie du Sud. Notre pays y a établi une ambassade sans attendre. Construit en 1984, l’actuel bâtiment de l’ambassade à New Delhi est l’œuvre du célèbre peintre, sculpteur et architecte indien Satish Gujral. Notre ambassade est aujourd’hui considérée comme l’un des plus beaux édifices indiens du XXe siècle. Outre l’Ambassade, notre pays est également représenté en Inde par un Consulat Général à Mumbai.

Image
Photo de la résidence belge à New Delhi

Notre ambassade à New Delhi est considérée comme l'un des plus beaux bâtiments du XXe siècle en Inde. © SPF Affaires étrangères

La Compagnie d’Ostende en 1723

Mais les premières relations entre nos régions et le sous-continent indien remontent à une époque bien plus lointaine. En 1723 déjà, des bateaux de la Compagnie d’Ostende accostaient en Inde. Ce pendant méridional de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales créée par les Provinces-Unies se spécialisait dans le commerce du thé et de produits de luxe tels que le cristal. Au XIXe siècle, des missionnaires jésuites se sont installés au Bengale et y ont établi un réseau d’enseignement. Le Bengale désignait à l’époque la région couvrant l’actuel Bengale occidental (Nord-Est de l’Inde) et le Bangladesh.

Bien que parfois méconnu, notre pays jouit en Inde d’une réputation bien ancrée. Les produits belges tels que les diamants sont connus pour être de grande qualité. Les Indiens associent également le chocolat, la bière et le cristal à la Belgique. Plus de 750 étudiants et scientifiques indiens étudient ou effectuent des travaux de recherche dans des universités et hautes écoles belges.

Un pôle pharmaceutique et technologique

Le sous-continent indien peut se prévaloir d’un passé particulièrement riche remontant à plusieurs milliers d’années avant Jésus-Christ. Avec environ 1,38 milliard d’habitants en 2020, l’Inde est devenue le deuxième pays le plus peuplé au monde, derrière la Chine (1,44 milliard).

Cet immense pays représente actuellement la cinquième économie mondiale en valeur absolue. En parité de pouvoir d’achat – une mesure permettant une comparaison plus juste entre pays – il occupe même la troisième place. L’Inde se démarque entre autres dans les secteurs pharmaceutique (vaccins…) et technologique. Elle constitue d’ailleurs un important partenaire de la Belgique. Ainsi, le 75e anniversaire de notre diplomatie bilatérale nous offre l’occasion de souligner des relations économiques au beau fixe.

Image
75 ans de relations diplomatiques Belgique Inde

Une tendance à la diversification

En 2021, l’Inde était le 14e client le plus important de la Belgique et notre 16e  fournisseur. Pour l’Inde, notre pays représente le troisième partenaire commercial au sein de l’UE. En 2021, la valeur totale de nos exportations s’élevait à 6,2 milliards d’euros tandis que l’Inde nous approvisionnait à hauteur de 6,1 milliards d’euros.

La visite d’État menée en Inde par notre couple royal en 2017 s’est révélée fructueuse. Elle a insufflé un nouvel élan à nos relations commerciales et créé un climat favorable à une plus grande diversification. Toutefois, le secteur diamantaire représente encore 70 % de nos exportations et 35,5 % de nos importations.

Au cours des dix dernières années, nous avons tout de même constaté une diversification progressive des échanges. Outre les diamants, nous exportons des produits chimiques et pharmaceutiques (entre autres des médicaments et des vaccins), des machines et des équipements, des matières synthétiques, des matières premières, des instruments optiques, ainsi que du fer et de l’acier. Du côté des importations, outre les diamants polis, la Belgique achète principalement des produits chimiques, des matières premières, des textiles, des machines et des équipements, des minerais et des plastiques.

L’Inde et la Belgique échangent également des services, notamment des services aux entreprises ainsi que des services dans les domaines de la communication, du transport et des finances. De notre côté, nous faisons avant tout appel à l’Inde pour son secteur IT (technologies de l’information) en plein essor, mais également pour des services liés à la communication, au transport et aux assurances.

Image
TATA steel

Une usine sidérurgique à Jamshedpur, en Inde. © Shutterstock

Des entreprises à la pointe de la technologie

En outre, la Belgique est un investisseur de poids en Inde. L’année passée, notre pays s’y est classé 15e plus grand investisseur, avec 361,7 millions de dollars. Presque toutes les grandes entreprises belges sont présentes en Inde. À l’inverse, pas moins de 95 entreprises indiennes sont actives en Belgique. Notre territoire accueille plusieurs groupes indiens importants, dans des secteurs variés.

Il est évident que l’Inde et la Belgique ont beaucoup à gagner l’une de l’autre. En effet, alors que le dérèglement climatique, entre autres, nous contraint à une transition énergétique radicale, nous avons tout intérêt à tirer le meilleur parti de la complémentarité entre l’Inde et la Belgique. Ce 75e anniversaire constitue dès lors l’occasion idéale de renforcer et diversifier nos relations économiques.

Cet anniversaire nous rappelle aussi qu’un si long partenariat s’enrichit des contacts humains, des échanges culturels, académiques et scientifiques dont le potentiel peut encore être développé.