Azerbaïdjan

Carte Azerbaidjan

 

Dernière mise à jour

Coronavirus: en raison des mesures prises dans le monde entier en vue de freiner la propagation du coronavirus Covid-19, le SPF Affaires étrangères déconseille tout voyage à l’étranger.

L’Azerbaïdjan a mis en place des mesures très contraignantes pour lutter contre la propagation du coronavirus ‘covid-19’. Toutes les frontières terrestres sont actuellement fermées. Les voyageurs qui se trouvent encore en Azerbaïdjan doivent tenir compte du fait que presque toutes les connexions aériennes avec le monde extérieur sont suspendues, hormis quelques exceptions qui deviennent de plus en plus rares. Par conséquent, le risque pour les citoyens belges de se retrouver bloqués en Azerbaïdjan pour une durée indéterminée est très élevé. Ce risque peut impliquer toutes sortes de conséquences (financières, médicales, obligation de visa, obligation d’enregistrement…) dont le voyageur doit tenir compte dans sa décision. Les voyageurs qui veulent encore quitter le pays doivent vérifier immédiatement les options qui restent disponibles auprès des compagnies aériennes et s’assurer qu’ils pourront continuer leur voyage jusqu’en Belgique.

L’Ambassade demande à tous les Belges en Azerbaïdjan de s’enregistrer sur www.travellersonline.diplomatie.be.

À l’arrivée sur le territoire azéri, tous les voyageurs – sans exceptions – sont placés en quarantaine obligatoire pendant 14 jours dans une institution locale sélectionnée par les autorités. Pendant la période de quarantaine, les voyageurs ne pourront pas être visités par leurs proches. L’Azerbaïdjan a également pris des mesures contraignantes pour limiter les contacts interpersonnels et la propagation du virus, parmi lesquelles des mesures qui limitent la mobilité intérieure (entre régions). Les Belges qui sont en Azerbaïdjan doivent tenir compte du fait que ces mesures sont susceptibles d’être renforcées sans préavis et doivent se tenir informés des mesures d’application auprès des autorités locales compétentes.

Nous conseillons à tous les voyageurs de suivre scrupuleusement les consignes d’hygiène  recommandées par l’OMS : lien

Il n’est actuellement plus possible d’introduire une demande de visa en ligne (‘e-visa’). Les demandes de visa doivent désormais être introduites physiquement auprès d’une ambassade azérie, accompagnées d’un certificat médical. Plus d’informations à ce sujet peuvent être récoltées auprès de l’Ambassade d’Azerbaïdjan à Bruxelles.

L’enregistrement auprès du Service d’État des Migrations est obligatoire pour les voyageurs détenteurs d’un visa valable pour 30 jours et qui souhaitent rester 15 jours ou plus en Azerbaïdjan. Vous trouverez plus d’informations sous la rubrique ‘Infos pratiques’.

Les Belges ne disposant pas ou plus de documents en règle (p.ex. suite à la perte ou au vol de leur passeport) ou qui ont été expulsés doivent demander un "travel document" auprès des "State Migration Services" afin de pouvoir quitter le pays.

Concernant la situation le long de la ligne de contact du Haut-Karabakh et dans la zone frontalière entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, voir onglet ‘sécurité générale’.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be

 

 
Travellers Online

 

Description

Algemene veiligheid

L’Azerbaïdjan est un pays laïque et la capitale Bakou donne une impression de modernité européenne.Il est toutefois conseillé de tenir compte des sensibilités de la population qui est en très grande majorité de tradition musulmane et conservatrice, surtout hors de la capitale. La criminalité de rue dans la capitale Bakou est généralement limitée.  La présence de pickpockets a été rapportée à Bakou, en particulier la nuit et à proximité des bars et des clubs fréquentés par les expatriés. Évitez d'avoir de grosses sommes d'argent en poche et soyez prudents lors de l'utilisation des cartes de crédit pour éviter le vol ou la falsification Il est conseillé, notamment aux femmes, d’éviter de se promener seul la nuit et d’éviter des endroits mal éclairés.

Le risque d'attentats terroristes est actuellement considéré comme limité, mais  la radicalisation dans certaines régions est observée. L'aggravation de la situation économique en Azerbaïdjan peut aussi conduire à des troubles. Il est, dès lors, recommandé de suivre l'actualité et l'évolution de la situation sur place. Les rassemblements se déroulent généralement sans incidents ni violences et sont suivis de près par les autorités,.

Il est conseillé de porter sur soi en permanence une copie du passeport en cas de contrôle des papiers. L'original devra être déposé dans un lieu sûr. Des cas d’individus, se présentant comme des policiers azerbaïdjanais et harcelant des étrangers afin de vérifier leur situation à l’égard des règles de séjour pour ensuite leur soutirer d’importantes sommes d’argent, ont été signalés sporadiquement.

Le conflit du Haut-Karabakh n’est toujours pas réglé et des incidents armés se produisent tous les jours. Le Haut-Karabakh n’est pas sous le contrôle effectif des autorités azerbaïdjanaises. Les sept districts Kalbacar, Latchine, Gubadly, Zangilan, Fizuli, Agdam et Cabrayıl entourant le Haut-Karabakh restent occupés. Les autorités de la République d'Azerbaïdjan considèrent tout voyage ou l’exercice de toute activité économique dans le Haut-Karabakh et/ou les sept districts adjacents, sans leur autorisation préalable, comme illégaux et peuvent donc faire l’objet de sanctions et/ou de poursuite pénale. Par ailleurs, il est fortement recommandé de maintenir une distance de 5 km des lignes de contact et de la frontière avec l’Arménie. Certaines zones peuvent être fortement minées.

Il convient de faire preuve de grande réserve dans l'expression de points de vue à propos de la politique intérieure, de la question du Haut-Karabagh et des tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Tout voyage vers les régions limitrophes avec la Russie requiert de la prudence. Il est formellement déconseillé de traverser la frontière entre l'Azerbaïdjan et la Russie (Daghestan).