Grèce

Carte Grèce

 

Dernière mise à jour

En raison de la pandémie de COVID-19, il est fortement déconseillé de voyager jusqu’à nouvel ordre. Toute personne pénétrant sur le territoire grec, à l’exception des voyageurs en transit, devra se soumettre à une quarantaine stricte de quatorze jours, pour autant qu’il soit encore possible de rejoindre la Grèce..

Coronavirus: Un nombre croissant de cas d’infections au coronavirus (COVID-19) ont été enregistrés en Grèce. Les voyageurs sont invités à suivre la situation dans les médias et à suivre les consignes des autorités locales. Le SPF Santé publique a mis en ligne un site consacré au Coronavirus: www.info-coronavirus.be/fr. Vous pouvez également suivre le site web du Ministère grec des Affaires étrangères, qui recense des liens utiles : https://www.mfa.gr/en/coronavirus-covid-19-useful-information.html.

Depuis le 23 mars, le gouvernement a mis en place un ‘lock down’ (prolongé jusqu’au 27 avril) visant à limiter les déplacements inutiles. Les modalités d’application de ce décret peuvent être trouvées sur le site web de l’Ambassade.

Sur place, il convient de respecter toutes les mesures de prévention imposées par le gouvernement.  

Les personnes se trouvant actuellement en voyage en Grèce sont invitées à contacter leur agence de voyage, leur tour-opérateur ou compagnie aérienne pour un retour en Belgique le plus rapidement possible  et à s'enregistrer sur le site web www.travellersonline.diplomatie.be. A quelques rares exceptions près, les hôtels ont fermé le 22 mars dans toute la Grèce. En cas d'urgence, les personnes concernées peuvent contacter l’Ambassade ou s’adresser aux autorités locales pour assistance.

La présence de  très nombreux  migrants, qui arrivent par bateau en provenance des côtes turques, est à signaler dans les îles de la Mer Egée (principalement à Lesbos, Kos, Leros, Samos, Rhodes….), à Athènes (port du Pirée, aux alentours de la place Victoria) ainsi que dans le nord du pays (Thessalonique) et à Patras.

En raison des tensions actuelles liées à la crise migratoire, il est recommandé d’exercer une grande vigilance lors de tout déplacement dans les îles égéennes accueillant des « Hot Spots » (Lesbos, Chios, Samos, Leros, Kos). Une fois sur place, il convient d’éviter les abords des camps de réfugiés.

Les banques sont ouvertes dans l'ensemble du pays mais leurs services sont limités. Les ATM et les vendeurs acceptent des cartes de débit et de crédit belges. Il est dès lors conseillé d'être en possession de suffisamment d'espèces en liquide et d'être couvert par une assurance fiable. Il est important de prendre des précautions contre le vol de votre cash, de vos documents de voyage et de vos papiers personnels. Des pickpockets sont surtout actifs dans le centre-ville et sur les transports publics, en particulier sur les lignes de métro.

Certains médicaments peuvent ne pas être disponibles en pharmacie. Les voyageurs qui doivent suivre un traitement médical ou qui sont sensibles à certains risques médicaux, doivent se munir des médicaments nécessaires ainsi que de leurs prescriptions.

Il est important de suivre la presse. Des manifestations et des actions de grève peuvent parfois provoquer des perturbations.

A noter également que, chaque année, des quads, scooters, mobylettes et motos sont impliqués dans des accidents sérieux avec des conséquences graves voire mortelles pour des touristes, en particulier sur les îles.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be

 

 
Travellers Online

 

Description

Algemene veiligheid

Il est généralement possible de voyager en Grèce en toute sécurité. Une certaine vigilance est cependant de mise, principalement en raison de la présence de pickpockets.

Il est utile de suivre la presse locale comme p.ex. http://www.ekathimerini.com (en anglais).

En raison des restrictions budgétaires, certains musées et sites archéologiques ne sont pas toujours accessibles. Vous avez donc intérêt à vérifier les heures d’ouverture au préalable, surtout pour les petits musées et sites moins fréquentés en province.

Quelques actes de terrorisme ont eu lieu par le passé à l’encontre de bâtiments publics, de banques et d'ambassades. Les touristes n’étaient pas visés par ces actions.