Pays partenaires

Un aperçu des 14 pays partenaires de la coopération gouvernementale et des autres pays en développement qui bénéficient de l'aide belge. La coopération belge est de préférence active dans des secteurs où une expertise a été construite et où des résultats utiles ont été obtenus.

Guinée

La Guinée est un pays partenaire de la coopération gouvernementale belge depuis 2015. La coopération belge au développement en Guinée s'effectue par différents canaux. Un aperçu de la coopération gouvernementale, de la coopération non gouvernementale et de la coopération multilatérale en Guinée.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

La Guinée est un pays partenaire de la coopération gouvernementale belge depuis 2015. Au travers de ce partenariat, la Belgique entend soutenir structurellement les droits humains et le développement socio-économique du pays.

La Guinée bénéficie d’une ouverture sur l’océan Atlantique longue de 320 km. Bien que le pays dispose de nombreuses ressources naturelles (notamment de la bauxite, utilisée entre autres pour la production d'aluminium), sa population vit dans une grande pauvreté. Actuellement, l'économie repose en majeure partie sur le secteur agricole. Les performances économiques restent structurellement fragiles et ne reflètent pas l'immense potentiel des ressources naturelles et humaines du pays. Le pays est confronté à des problèmes majeurs sur le plan de l'approvisionnement en électricité, des réseaux de communication et de l'enseignement. La croissance économique a par ailleurs été fortement freinée par l'épidémie d'Ebola qui a éclaté fin 2013 et durement frappé la population.

Image
Carte de la Guinée

© Shutterstock

La coopération belge au développement est mise en œuvre par différents canaux :

Coopération gouvernementale

La coopération belge gouvernementale pour le développement de la Guinée vise à améliorer les conditions de vie de la population guinéenne à travers des partenariats avec les institutions publiques du pays.

Le programme de coopération actuel se concentre sur l'entrepreneuriat, les droits sexuels et reproductifs et le renforcement des capacités. Cette approche devrait garantir des résultats rapides et concrets au bénéfice de la population guinéenne. Outre le programme bilatéral, deux programmes sont mis en œuvre grâce à un financement de l'Union européenne.

Entrepreneuriat

L'ambition de ce programme est d'améliorer les performances économiques, techniques et sociales des micro-, petites et moyennes entreprises. Il se concentre sur trois domaines :

  • le secteur agricole, avec une priorité sur les filières ananas, mangues et pommes de terre ;
  • l'entrepreneuriat dans la ville, avec les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) et les incubateurs ;
  • l'entrepreneuriat chez les femmes.

Droits sexuels et reproductifs

« She Decides » renforce l'accès des femmes et des jeunes aux droits sexuels et reproductifs. Cette initiative vise également à lutter contre la violence basée sur le genre.

Renforcement des capacités

Un troisième volet de la coopération gouvernementale porte sur le renforcement des capacités des acteurs – ONG, petites entreprises ou société civile – dans les secteurs prometteurs. Des ateliers favorisant la concertation et visant à déterminer les besoins et les solutions pour accroître la productivité sont notamment organisés.

Image
Rue de Guinée

© Shutterstock

Coopération non gouvernementale

Les acteurs belges de la coopération non gouvernementale actifs en Guinee travaillent en collaboration avec la société civile locale. Leurs quatre cibles stratégiques actuelles concernent l’agriculture, l’entreprenariat, la santé et le genre et l´inclusion. Chaque cible possède ses propres objectifs:

  • Cible 1 « Agriculture » : contribuer à faire de l’agriculture familiale en Guinée une agriculture plus performante, inclusive et durable. Elle répond à une préoccupation majeure du Plan National de Développement Agricole de la Guiné qui vise, entre autres, à améliorer la productivité dans le secteur et à améliorer la Résilience des systèmes de production.
  • Cible 2 « Formation technique, entrepreneuriat et emploi des jeunes » : renforcer les capacités des petits entrepreneurs, avec une attention particulière portée sur les femmes et les jeunes et à appuyer leurs organisations à créer un climat favorable à l’entreprenariat. En plus de l’entreprenariat, la cible 2 visera à promouvoir l’employabilité (emploi et auto-emploi) et l’insertion professionnelle des bénéficiaires - en particulier les jeunes, les femmes & filles – chômeurs et chômeuses, déscolarisé(e).s ou peu scolarisé(e)s, en situation d’emploi précaire & vulnérables au niveau socioéconomique.
  • Cible 3 « Santé »,:  participer à l’amélioration de l’accessibilité et de la qualité en faveur de toutes les composantes de la société guinéenne, des plus démunies en particulier à travers la prévention, les soins curatifs, la réadaptation et la sensibilisation.
  • Cible 4 « Genre et inclusion »:  cible transversale et sera donc pris en compte dans les programmes de toutes les parties prenantes au CSC. Cela signifie que les acteurs de la coopération non gouvernementale belges et leurs partenaires locaux s’engagent à promouvoir, dans leurs actions, l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes et des jeunes.
Image
Paysage de Guinée

© Shutterstock

La Guinée bénéficie de la coopération non gouvernementale à travers des organisations non gouvernementales (ONG) belges.

Au total, 7 organisations sont actives dans différents domaines :

  • Environnement
  • Santé
  • Genre
  • Entreprenariat

Coopération multilatérale

Pour atteindre les objectifs de développement, la Belgique participe aux côtés d'autres donateurs tels que l'Union européenne et la Banque mondiale à des programmes multilatéraux dans les domaines des soins de santé, de l'éducation, de l'environnement, de l'aide humanitaire et de la gouvernance (élections, justice).

Dans le cadre de cette coopération multilatérale, la Belgique applique le principe du « core funding » par lequel une contribution est apportée aux moyens généraux des organisations multilatérales partenaires.